« Qui sous-estime ses origines, peut perdre son prénom mais pas son nom »
  PRESSBOOK
 
Entre agriculture improductive et pêche inorganisée, les jeunes de Palmarin s'interrogent
Publiée le : 11/10/2015 - Source : Agence de Presse Sénégalaise

Agence de Presse Sénégalaise (Dakar)

Demba Diao

2 Août 2010

---

Palmarin, 13h. En ce début d'après-midi de juillet, le temps est à la pause dans le travail des champs pour la plupart des paysans de la communauté rurale de Palmarin dont certains comme Moustapha Sarr, ont quitté leurs champs situés pas très loin pour retourner à la maison. Histoire de prendre le déjeuner et de siroter un peu de thé avant de reprendre la charrue.

Depuis le début de l'hivernage, c'est ainsi que fonctionne cet habitant de Palmarin Ngounouman -une des quatre localités de Palmarin-, trouvé chez lui en tenue de travail et prêt à reprendre dés 15 heures le chemin des champs.

Moustapha Dione, autre paysan qui va sur ses trente ans, mesure à son propre niveau combien il est difficile de joindre les deux bouts en comptant uniquement sur l'agriculture. Pour ce jeune marié, père de deux enfants, il faut que l'Etat du Sénégal vienne au secours des jeunes de la communauté rurale dans la mesure où le travail des champs ne nourrit presque plus son homme.

"Je dois tout faire pour nourrir mes enfants. Je dois les habiller, les soigner. C'est difficile, mais je suis dans l'obligation de le faire", souligne M. Dione, d'un air las.

Sensiblement du même âge, Sidy Sané, fait le même constat que Moustapha. Ayant quitté son Tattagine natal pour travailler en saisonnier à Palmarin, il s'est amèrement rendu compte que décidément les choses ne s'arrangent pas.

"Il n'est pas facile d'être paysan. Il arrive que la récolte ne soit pas bonne et cela pour tout le monde", indique Sidy, avant de lancer en s'excusant : "Je dois faire vite parce que je retourne au champ bientôt".

A Palmarin les espoirs placés dans l'agriculture sont immenses mais le goût de plus en plus salé de l'eau hypothèque les chances de bonnes récoltes. Boubacar Ndéné, la trentaine, domicilié à Ngounouman, résume ainsi la situation : "tout dépend de la pluviométrie pour une bonne récolte. Dans cette communauté rurale les eaux sont salées et seule l'eau de pluie nous arrange pour une agriculture abondante".

Quid de la pêche ? A en croire plusieurs jeunes cette activité n'est pas parvenue à supplanter l'agriculture qui demeure de loin la principale activité à Palmarin. Et en dehors d'elle, c'est presque le chômage. "Après l'hivernage, les jeunes n'ont pas quoi faire, dans ce cas l'Etat doit nous aider car l'agriculture ne peut plus sécuriser les populations de Palmarin", indique ce jeune homme.

Moctar Dieng, la quarantaine sonnée, marié et père de 4 bouts de bois de Dieu, acquiesce en déclarant : "la communauté rurale de Palmarin est petite. C'est dommage qu'après l'hivernage les jeunes n'ont concrètement pas une activité lucrative".

Pour Ndiaga Seck, 31 ans, le salut pourrait venir de la mise sur pied par l'Etat d'activités génératrices de revenus.

En attendant, les jeunes agriculteurs peuvent s'ils en ont la capacité se rabattre sur la pêche en se rendant à Djiffer, "un hameau de 4000 âmes" -ainsi que l'indique le président de la communauté rurale de Palmarin, Samuel Seck- situé au sud-est.

Adossé aux eaux de mer et du fleuve, Djiffer est un lieu de rencontres et... de dispersion. "Personne n'habite ici, c'est la recherche du profit qui nous réunit ici. Personnellement, je suis là 11/12 mois. J'habite Kaolack et à l'approche de la fête de Tabaski je rentre. C'est pareil pour tout le monde ici", renseigne Modou Ndong, trouvé en train d'apprêter sa pirogue pour une randonnée en mer.

Autour de lui, des femmes et des enfants affublés de paniers de poissons et de fruits de mer font un interminable va-et-vient. "Tous les jours l'ambiance est la même, les gens viennent de partout pour acheter ou aller en mer", indique Oumou Khairy Bâ avant d'ajouter : "Djiffer est la localité la plus riche dans la communauté rurale de Palmarin grâce à ses activités de pêche. Cependant l'Etat doit intervenir pour réglementer le secteur de la pêche".

A l'instar de beaucoup de jeunes personnes vivant à Djiffer, elle entend par intervention de l'Etat que les autorités implantent dans la localité des unités de froid pour conserver le poisson, mais surtout qu'elles tranchent le litige concernant l'implantation d'un seul quai de pêche accepté par tous.

"Une communauté rurale à trois quais de pêche, où est-ce qu'on voit ça ?", lance, dépité, Abdoulaye Seck avant de marteler : "il y a un quai à Diakhanor (Ndlr : quai officiel dans la communauté rurale de Palmarin), un à Ngallou et un à Djiffer. L'Etat doit intervenir en ordonnant tout ça !".

 
 
  LISTE ARTICLES PRESSBOOK
 
Bensirac Fatah, musicien, maître de chœur : A la charnière du sacré et du « profane »
 
Palmarin, un village en sursis
 
Ecole de Lutte Ambroise Sarr: Une fabrique de champions qui manque d’infrastructures
 
Abbé Jacques Seck, prêtre à la retraite : Un homme d’Eglise attaché à l’Islam
 
Véronique et Pierre Pentecôte : Pour le meilleur et pour les îles !
 
La mangrove a sauvé Palmarin de l'avancée de la mer, selon un élu local
 
Changements climatiques : Un programme pilote pour sauver Palmarin
 
Le bateau italien de Palmarin
 
A la découverte de Palmarin, un paradis en sursis
 
  PALMARIN C'EST AUSSI ...
 
Palmarin Music Live
Les bonnes adresses
Palmarinois d'ici et d'ailleurs
Ecotourisme
Les grands chantiers
Les sérères
Tanns et la salinistion des sols
La réserve naturelle ..
Lignées maternelles
Plan local de développement
Village de Diakhanor
Etats sérères du Sine-Saloum
Liste des Rois du Sine
Le Pére René Danet
 
  CONTRIBUTIONS
11 chefs d’États africains assassinés au ...
Découverte : Djilor Djidjack, lieu natal ...
Monseigneur François-Xavier DIONE ...
Commune de Joal-Fadiouth ...
La mangrove a sauvé Palmarin de l'avancé ...
  LIENS UTILES
Repertoire des Entreprises du Sénégal
Remi Jegaan Dioh
Ambassade du Sénégal à Washington
Le site web du gouvernement du Senegal
Seneglise.org : site de l'archidiocèse de Dakar
  IN MEMORIUM
  • Léontine Ngom Diatta
    1 Janvier 1949 - 12 Septembre 2011
  • Thaddée Sarr
    5 Mars 1960 - 4 Août 2009
  • Frère Aloise Dioh
    Décédé le 20 Novembre 2017
  • Frère Simon Sarr
    Décédé le 1er Août 2017
  • Benjamin Ndour
    24 Juillet 1942 - 28 Février 2004
  • Simon Mamadou NDOUR
    Vendredi 10 Mars 2017
  • Louise Sira Daba Ndène
    Décédée le 1er Mars 2017
  • Anne Marie Coumba Seck
    14 Février 2015
  • Eugenie Berthe Manga
    28 Avril 2006-28 Avril 2016
  • Catherine Mouna Daba Ndène
  • Coumba Diarra
    10 Aout 2009
  • Mame Diakher
  • Anne Thérése Sarr
  • Alexandre Djégane Ndour
    Décédé le 31 Juillet 2012
  • Léopold Malick Ndour
    6/3/1922 - 15/10/2015
  • Julienne Mane Sarr
    Décédée le 4 Septembre 1999
  • Sadio - Yande - Diakhar
  • Ignace Ndiaye
 
  APPRENDRE LE SERERE
Généralités
Apprendre à compter
Conjugaison Sérère
 
 
 
       
© Copyright 2015 - Palmarin